• Les prouesses du Service Communication

     Sans le savoir, vous avez tous une idée précise de la production du Service Communication de votre collectivité. Chaque mois, grâce à votre pognon, votre boîte aux lettres en avale par kilos avant que la poubelle ne les digère. Le Service Communication est cette agrégation disparate d'agents, mêlant uniformément des personnes aux profils de geeks paumés (généralement au grade d'agents administratifs) dans une collectivité, par défaut d'avoir dégotté un poste dans une vraie boîte d'info et, d'un autre côté, des agents standard, régulièrement douchés, arrosés de sent-bon à la lavande, enveloppés dans des chemisettes défripées chromatiquement improbables et qui eux n'ont pas passé leur nuit sur Fight Big Fucker World XII. 

    En quoi consiste le boulot du Service Communication ? A faire en sorte d'assurer de laisser  apparaître la tronche du seigneur local sur chaque page, le bas du visage toujours balafré du même sourire mécanique aussi idiot que faux de type balkaniesque. En sus des images, il ne faut surtout pas omettre l'édito de Sa Majesté entièrement rédigé par un inutile du Cabinet. Voici la première cause de l'existence du Service Communication. C'est bien pour cette unique raison que le directeur de ce service est systématiquement un ami du pouvoir en place ou, au moins, un sympathisant fidèle dont on est sûr qu'il n'osera laisser passer aucune affreuseté politiquement diffamatoire, donc vraie, du genre : « Le Maire a été mis en examen » ou encore « La Cour des Comptes épluche les bilans de la collectivité ». Surtout pas. En revanche, il faut écrire en gras que « Monsieur le Maire a inauguré la déchèterie dotée de containers à compost king size», « Monsieur le Maire a remis le premier prix de Miss Comice agricole à Ginette Trocon», « Monsieur le Maire félicite la petite Aurélie Couillard pour ses résultats lors de la dictée intercommunale »...etc.

    Le Service Communication se distingue par la qualité de sa production graphique. Vous souvenez-vous des affiches anti-tabac orangées avec, en leur centre, un éléphant vu de profil en train de fumer, et qui décoraient les murs des salles d'attente de la Sécurité sociale en 1978 ? En voici un bel exemple contemporain. Le Service Communication a environ 30 ans de retard en matière de création. Pourquoi ? Parce que le Cabinet du Maire doit valider chaque production graphique et que l'on connait la pertinence des jugements esthétiques de ces éminences latrinesques sorties de Science Pot.

    Chaque fois que j'eus à faire au Service Communication, je fus surpris par l'amoncellement de talents volontairement étouffés chez les créatifs et par le zèle que déployait le directeur du service à se pâmer devant ses dernières affiches dignes de celles de la propagande chinoise vantant les actions du Parti.

    Sur l'une des affiches que j'avais demandées pour une exposition, la maison du Maire était fortuitement visible, perdue au milieu de dizaines d'autres certes, mais reconnaissable en raison de ses dimensions et du confort hollywoodiens d'apparence. Aucune prise de risque de la part du directeur craintif devant les hyènes dressées du Cabinet, la bâtisse fut « photoshopée » et gommée grâce à un pansement informatique. Quelle était la raison de cet effacement ? Surtout ne pas prêter le flanc à l'opposition politique communale suspectée d'être  possiblement prompte à utiliser cette affiche pour dénoncer la présence étouffante du Maire dans les médias locaux. Pour le coup, le zèle était partagé mais il ne fallait prendre aucun risque. Une fois finalisée (c'est-à-dire, la maison effacée), l'affiche fut validée par un mignon du Cabinet. Des dizaines d'exemplaires de cette affiche recouvraient alors les murs de la commune. Cependant, le montage était si mal accompli que des citoyens l'ont vite remarqué et se sont interrogé sur le défaut graphique de l'affiche. Chacun avait reconnu une vue de la commune et identifié l'élément manquant. Ce fut un point de discussion et de moquerie fameux contre le Maire.

    En un mot, bravo pour la qualité du travail graphique du Service Communication et félicitations aux chiottards pour la pertinence de leur vision politique. Gouverner c'est prévoir pense-t-on habituellement. Pourtant, là aussi, le facteur « Ridicule » n'avait pas été suffisamment considéré dans la réflexion politique. Peu importait, le Maire fut appelé à des fonctions élargies et emporta une partie de son chenil dans ses bagages. Comme quoi, en politique, plu on est ridicule et minable, plus on a de responsabilités !

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Lune2cristal
    Mercredi 31 Mars 2010 à 13:51
    cher confrère
    merci pour votre blog ! l'autodérision est un bienfait et aura sauvé ma journée plombée par une réunion de chantier et des services administratifs à l'égal des vôtres.
    Continuez !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :