• L’art du copier-coller

     Parmi mon équipe de winneuses, l’une des agents présentait les caractéristiques inédites d’avoir éprouvé des compétences en secrétariat. C’était La Perle (voir un post précédent). Non pas que j’espérais qu’elle ait pu me donner quelques conseils sur le rangement de mon bureau, de ce côté-là c’était totalement illusoire bien qu’un bon coup de pied au cul eut été le seul argument pour me forcer à ordonner mon capharnaüm. En revanche, j’avais eu l’idée insensée, puisqu’elle faisait partie du service, de travailler avec La Perle et de m’appuyer sur son expérience dans le but d’installer une forme d’entente qui nous aurait amener à collaborer harmonieusement. Après tout, après avoir côtoyé tous les services de la ville et s’être fait foutre à la porte de chacun d’entre eux, j’imaginais que ses renvois étaient dus exclusivement à des jalousies professionnelles de la part de ceux avec qui elle avait bossé et qui ne supportaient pas cet agrégat abject et irrespectueux d’aptitudes professionnelles dans une seule personne. Mon objectif était donc de réhabiliter les capacités inexploitées de La Perle.

    Mais, ce retour à la vie normale devait être doux selon une préconisation administrativo-médicale de la Directrice Groggy Anesthésiée. Donc, n’ayant surtout pas voulu donner à La Perle l’impression désagréable de subordination hiérarchique, au début je rédigeais les courriers moi-même puis les lui transmettais. Internet était bien branché sur son PC mais elle montrait des réticences à l’utiliser et disait être en souffrance d’un manque évident de formation. Evoquer l’usage du web en sa présence provoquait en elle des TOC et des mimiques faciales aussi angoissants qu’un Gilles de la Tourette en crise dans une rame de métro bondée ! Préférant laisser tomber, La Perle me donna une disquette, la seule qu’elle utilisait depuis trois ans (et la seule qu’elle avait), pour que je lui livra les fichiers de mes courriers tapés avec un traitement de texte ordinaire. A cette commande, il fallait ajouter une impression papier de chaque courrier pour la rassurer et apaiser sa psychologie fragilisée.

    Une belle semaine d’été, cinq courriers à re-mettre aux normes de la mairie (2,5 cm de marge à gauche, 3,2 à droite et autant en haut et en bas avec une police de caractère de 12 en Times) lui furent renvoyés par la secrétaire de la Directrice Groggy Anesthésiée. Et oui, aucun de mes courriers ne lui convenait. Outrée, La Perle les arrachait du parapheur et se ruait vers moi dans l’idée de tancer ce « djeun blanc-bec qui fait n’importe quoi parce que pas comme y faut » :

    -         « Mais, vous ne vous rendez pas compte !?! J’ai pris la règle et j’ai mesuré que les marges sont pas aux normeeeuuuhh ! Le parapheur est revenu et y faut tout refaireeeuuh voilà ».

    -         « Alors, passez-moi votre disquette, j’enregistre les fichiers, je fais des impressions de chaque courrier et, si vous l’acceptez, vous mettez tout ça aux normes ? »

    -         « Bon ben si vous voulez…. ».

    L’acceptation était molle. Elle ne s’attendait pas que je fasse appel à ses compétences et repartait à la fois résignée et persuadée de s'être faite piéger en venant déverser son exaspération dans mon bureau devant tant d’anarchisme administratif.

    Plusieurs jours plus tard, je m’impatientais et commençais à m’interroger sur l’efficacité du maire à parapher quelques courriers. Telle Super Nanny, La Perle mêla étonnement et affliction dans son regard devant tant d’impatience.

    -         « Mais, j’ai pas fini enfin ! Les courriers sont pas partis »

    -         « Ah bon, pourtant ça fait cinq jours que je pensais qu'ils se trouvaient en mairie pour la signature…. »

    -         « Regardez par vous-même, les courriers sont là sur MON burôôôôô. On est pas des machines ici hein eh oh ! »

    La Perle retapait chaque feuille de brouillon imprimée et utilisait sa règle scolaire pour mesurer les marges au lieu d’enfourner la disquette dans son mange-disque numérique et d’en extraire les fichiers que je lui avais enregistrés. Comme elle a dit ce jour-là :

    - « Bin oui, comme on m’a appris à la formation je fais du copier-coller! »


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    E
    Jeudi 25 Septembre 2008 à 11:44
    ah ah ah c'est génial!
    moi aussi j'habllucine des fois, surtout avec l'informatique...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :